Audience au cabinet du ministre du 21 janvier

mercredi 23 janvier 2019
par  snu55
popularité : 3%

Le SNUipp-FSU a été reçu lundi 21 janvier par le cabinet du ministre pour une audience « généraliste » qui a permis de poser différents problèmes se posant actuellement dans les écoles et pour les personnels enseignants.

La question des évaluations nationales a été abordée mardi 22 janvier dans une audience rassemblant les 6 syndicats signataires du courrier commun au ministre demandant l’abandon de ce système d’évaluations.

Nous avons abordé entre autres :

Les grandes difficultés à mener un dialogue social avec le ministère, que ce soit dans les instances (CSE ou CTMEN par exemple) comme lors des discussions menées avec les services du ministère (circulaire CAPPEI parue en catimini avant les vacances et sans modifications à l’issue de la réunion à la DGRH, l’organisation du débat sur l’école inclusive…) ;

L’insuffisance des dotations de postes, notamment pour conduire les dédoublements sans dégrader les conditions d’apprentissages dans les autres classes et écoles et diminuer les effectifs partout ;

Les salaires avec la baisse du pouvoir d’achat, due notamment au gel du point, tandis que le ministre avance une augmentation de 1000€ pour les jeunes enseignants sans plus d’explications et propose un observatoire des salaires enseignants totalement inutile. Une réunion spécifique sur cette question sera organisée par le ministère et la DGRH ;

Le déroulement de carrière avec les avancements au sein de la classe normale bloqués depuis septembre comme l’enjeu de revoir le barème pour l’accès à la hors-classe ainsi que la possibilité de réviser les avis pour les enseignants ayant simplement eu une transformation de leur note en avis ;

Les obligations de service des PE en Polynésie

Quelques éléments de réponses

Le cabinet entend améliorer sa conduite du dialogue social, une réitération de l’engagement pris il y a 10 mois et sans effets depuis. Par ailleurs, l’agenda actuel de discussions autour de la direction d’école est maintenu. Celles-ci devraient donc débuter très prochainement.

Il affirme sa volonté de tendre partout vers une baisse des effectifs en CP en priorisant dans un premier temps l’éducation prioritaire ainsi que les territoires en milieu rural ou particulièrement défavorisés. Il ne nie pas les problématiques de moyens (et de recrutements) et de locaux qui vont se poser et estime qu’actuellement la priorité est accordée au premier degré malgré la faiblesse des hausses de dotation et le fait qu’elles soient financées sur le dos du second degré. Par ailleurs il ne dispose pas actuellement d’une mesure de l’évolution de la taille des classes en éducation prioritaire dans les classes non dédoublées qui viendrait infirmer les remontées des départements mettant en lumière une hausse des effectifs dans les CE2, CM1 et CM2 de l’éducation prioritaire. Nous avons demandé à être destinataires d’une estimation des taux d’encadrement hors classes dédoublées.

Il examine la possibilité de reconduire le concours supplémentaire sur Créteil et Versailles au vu des difficultés de recrutement d’enseignants dans ces académies. Il entend profiter de la réforme de la formation initiale pour cibler le recrutement d’étudiants originaires de ces académies et reconnaît qu’il faut améliorer les conditions matérielles comme d’exercice du métier.


Annonces

RIS

PNG - 14 ko

CALENDRIER DES RIS SNUipp55

Facebook

JPEG - 11.2 ko

FORMULAIRE RETRAITES


SE SYNDIQUER EN LIGNE


KISAITOU